Archives de Tag: sao paulo

Le voyage est partout

Vidéo
Le voyage est partout

Até logo Brasil !

sao1

Wallace, Igor, Lumineiro, Nadja.

Retour sur la gigantesque ville de São Paulo, ses embouteillages, ses buildings et sa pollution, mais malgré tout heureux d’y retrouver des amis, Igor pour commencer et Dalena et Thomas mes amis sud-africains rencontrés à Bonito.

Cette ville, lorsqu’on s’y immerge pleinement vous ouvre de nombreuses portes et recèle, au delà de son premier aspect bétonné et vertical, une énergie positive débordante.

J’y débarque bourré de sentiments contrastés, la tristesse de quitter, la joie de retrouver, l’anxiété à partir ou plutôt à rentrer. Mes plans sont quelques peu chamboulés, l’étape São Paulo devait me conduire ensuite vers le Panama en vue de remonter l’Amérique Centrale et exercer en tant que Dive Master pour la saison, ce sera finalement retour en France. Je décide donc de profiter un maximum de mes derniers instants au Brésil.

A l’image de cette ville ce seront trois jours intenses, rythmés de virées nocturnes jusqu’à l’aube, de réveils aux aurores à moins que ce ne soit l’inverse, et de rencontres charmantes et étonnantes, à commencer par Nadja qui nous accompagna dans nos errances noctambules, Wallace le peintre, créateur, touche à tout, Lumineiro et sa bande de déjantés du groupe « Mustache e os Apaches » dont le dernier clip est un véritable délice que je vous laisse découvrir.

Ce fut l’occasion de découvrir un festival magique d’une grande poésie qui vous ramène aux délices de l’enfance tout en vous extirpant des sentiments profonds, le Festival de Teatro em Miniatura de São Paulo – FESTIM -, une joie pour les yeux et le cœur. Igor y faisait une prestation dont voici un extrait.

C’est donc le corps et l’esprit léger que j’ai quitté ce pays auquel je voue désormais un énorme attachement et une véritable passion.

Policia Federal

Quand l’administration vous rattrape. Les français qui font un séjour au Brésil sont limités à un visa de 3 mois, au delà, vous devez vous acquitter d’une amende forfaitaire de 320 R$ de 0 à 30 jours de dépassement auxquels s’ajoute 8 R$/ jour au delà des 30 jours pour atteindre un plafond maximum de 850 R$ soit environ 300€. Pour le paiement, rien n’est clair, au départ, au retour, c’est la grande question et le plus grand flou artistique. J’ai imaginé mille et une stratégies en vue de cette étape obligatoire, perte de passeport, histoire abracadabrantesque de voyages hors des frontières du Brésil et donc mentir, ce pour lequel je suis plutôt mauvais. Je prends donc l’option d’avoir l’argent à disposition au départ et de m’habiller en mode backpacker voyageur aventurier sans le sous qui se résumera plus tard par un raccourci plutôt honnête de mon frère « Tu es habillé comme un clodo », ce qui a le mérite d’être honnête.

A ma grande surprise, le passage à la police fédéral se réalise en à peine 30 secondes, je m’attendais à deux gros molosses amphétaminés au lieu de ça deux jeunes filles souriantes, quelques mots échangés, un grand sourire, une question portant sur mes tatouages (hors sujet), mais rien au sujet de cette amende, mon passeport est tamponné sans sourciller, ni même sans y jeter un œil… Je me suis soucié pour pas grand chose, on m’avait pourtant prévenu que ce serait simple, en effet vraiment simple. Merci la Policia Federal.

En France, il fait un temps de merde !

27898-43Les températures ont été en juillet 2013 « supérieures aux normales de près de 2°C plaçant ce mois de juillet au troisième rang des mois de juillet les plus chauds depuis 1900, après 2006 et 1983 ». Ce n’est pas moi qui le dit, ce sont les mecs de Météo France, une belle transition ensoleillée comme un signe de bienvenue.

Festival le Manifeste – Troupe Pigmalião, la philosophie dans le boudoir

Juste le temps de poser mes bagages (les défaire sera une autre histoire) et le BrésilBonecos s’invite en France. Igor, Eduardo et le reste de la troupe Pigmaliao sont invités au Festival le Manifeste de Grande-Synthe pour y présenter le texte libertin de Sade « La Philosophie dans le boudoir ».

Et hop, après le Belize, le Guatemala et le Brésil, je retrouve mon pote Igor en France !

La pièce fait un carton, choquant, déluré, osé selon La Voix du Nord, ce ne sont que des marionnettes mais le réalisme de celles-ci en fait un spectacle déconseillé au moins de 18 ans.

Exposition Tcha House

Ma RueUn petit coup d’auto-promotion ; du 17 juillet au 17 août 2013, j’expose quelques photographies sur toile à la boutique Tcha House de Rennes. La thématique porte sur La Rue, rues du Mexique, du Guatemala, du Belize, de New-York, du Brésil et du Burkina-Faso. Toutes les toiles sont en vente pour un tout petit prix et vous pouvez également en commander sur ma boutique virtuelle, ICI.

Eu sou Breizhilien

gwen-ha-du bzhLe département d’Ille-et-Vilaine en Bretagne, d’où je suis originaire, n’avait pas encore donné de nom à ses habitants, les Conseillers Généraux viennent de voter et de choisir, nous serons désormais appelés les Brétilliens.

breizhilien2011_coupe

 
J’avais quand même une préférence pour le Breizh-Illien (Breizh signifiant Bretagne), là pour le coup ça aurait été vraiment fun. Je trouve cela plutôt drôle, à une lettre prêt je serais Brésilien et aurai peut être moins de problème à obtenir et renouveler un visa… Et puis point de vue marketing, ça aurait été une superbe aubaine.
Drôle, pas drôle, à vous de juger
Peut-on rire de tout ? Un sujet sérieux doit il être traité avec humour ? Une cause sérieuse peut elle devenir drôle malgré elle ? La communication est une affaire de professionnels, là je pense que le ministère de la santé c’est bien fait rouler, chapeau à la boite de com’ pour cette perle « La chanson de l’AVC », youpi !

Brasil – La suite

Par défaut
Brasil – La suite

Paraty

Après une bonne dizaine de jours à explorer Ilha Grande, qui propose de superbes treks dont celui du Papagayo que je recommande, je décide de me rendre dans un petit village côtier bourré de charme, Paraty. Je fais la route avec Jean-Jacques, un français professeur à la retraite de 76 ans.

Des façades blanches aux volets colorés, des rues pavées dont certains proviennent des ballastes des navires portugais à l’époque de la colonisation, la mer d’un côté, les montagnes de l’autre, ce village est une carte postale à lui seul. La ville grouille d’artistes, de peintres, de sculpteurs, de photographes et de français. J’y rencontre Patrick Allien, un héliograveur talentueux à qui j’achèterai une de ses oeuvres, un portrait de l’artiste ici. Ma route croise également le chemin de Michel, un brestois. La rencontre est plutôt originale. En me baladant dans la journée, je repère un petit bar coloré plus haut que large, ce lieu me tape à l’oeil, je décide d’y repasser dans la soirée. Ma surprise est grande de découvrir qu’un Gwenn ha Du flotte au plafond de cette gargote. Deuxième surprise, sur les 7 personnes attablées aux tonneaux faisant office de tables, tous sont français. Michel, casquette blanche vissée sur la tête fait son entrée. Encore un breton ! Au fil de la discussion, il me dit avoir un bateau, on se raconte nos histoires respectives, il me dit avoir besoin de nettoyer la coque de son voilier, j’ai besoin d’un hébergement, je propose de lui faire ça au cours d’une plongée, deal ! Rendez-vous est pris le surlendemain.

Le nettoyage de la coque de ce ketch m’a vraiment enthousiasmé, j’y ai mis du coeur à l’ouvrage et suis plutôt satisfait du résultat. Les 4 nuits à bord du voilier sont synonymes de sérénité et de repos. La clapot des vagues, la douceur des embruns marins et le paysage évoluant au fils du vent, je savoure la chance d’être en ces lieux.

Paraty laisse en moi un goût d’enclave touristique qui préserve ses secrets et ne les livrent qu’à ceux qui prendront le temps de les attendre. Il suffit d’observer les personnages de ce village pour constater que tous ont une histoire à raconter.

Sao Paulo

C’est une ville étape. Tous les brésiliens rencontrés, même ceux qui y ont vécu ou y vivent ne semblent pas l’apprécier. Tous me déconseillent d’y passer ou me suggère d’y rester seulement quelques jours.  Je suis curieux, je veux me faire ma propre opinion. Près de 12 000 000 d’habitants (20% de la France), la plus grande ville du Brésil et de l’hémisphère Sud, un trafic routier réputé monstre, 7300 habitants au kilomètre carré, autant dire que c’est très vertical ! Des chiffres à la réalité vécue, mon impression est plutôt positive. Je n’ai pas ressenti la densité telle que celle du Mexico City, ni la pollution d’ailleurs. Les transports publics sont efficaces et fluides. L’impression d’une ville immense, certes mais plutôt bien organisée en ressort.

Curitiba

Voici un mois que j’ai posé mes bagages dans cette ville et je ne compte pas les refaire tout de suite.

Les choses remarquables

Les règles du feu

Feu vert : Je passe mais je suis prudent au démarrage car des véhicules peuvent encore passer. Feu orange : j’accélère car le feu passera bientôt au rouge. Feu rouge : je dois m’arrêter cependant à partir d’une certaine heure il est plus que toléré de passer en l’absence de véhicules. Bref, j’ai pas confiance.

La douche électrique (bis)

La revoilà celle-là. L’eau et l’électricité c’est bien connu ne font pas bon ménage, c’est pas nouveau ! Et bien c’est bon, je confirme. Au cours d’une douche nocturne, PAF !! Lumières jaune et orange, explosion, étincelles, truc de fou. Voila, la douche électrique à explosée. Je n’aime pas avoir raison.

Tropa de Elite

Un film impressionnant sur les forces spéciales qui interviennent au sein de favelas, le BOPE (Bataillon des opérations spéciales de police). Une bande originale rythmée (ICI et LA) tout comme le film. A voir.

Funk et Funk

Il existe la musique Funk, mondialement connue grâce à des artistes comme James Brown, Curtis Mayfield et Jamiroquai et il y a le Funk Brésilien. Le Funk made in Brasil, c’est tout autre chose, plus…, mais aussi plus…, disons que c’est davantage… Je vous laisse vous faire une idée.

Le premier Festival Franco-Brésilien de l’image sous-marine

A l’initiative, de Pierre Passot, un plongeur français et en collaboration avec le Festival mondial de l’image sous-marine de Marseille, aura lieu du 21 au 25 novembre ce premier festival. Au programme, tables rondes, exposition de photos, projection de films, concours de dessins pour les plus petits. Pour la petite histoire, Pierre Passot détient un record inégalé jusqu’à présent à savoir la plus longue plongée au monde. Ouah ! J’ai quelques question à lui poser. Le Brésil a beau être grand, le festival a lieu à quelques kilomètres de Curitiba, je serai donc de la partie.

Celui qui me dira combien d’heures exactement a duré cette plongée se verra offrir un petit quelque chose, avis aux amateurs