Archives de Tag: ilha Grande

Le monde de la plongée au Brésil

Vidéo

Un monde en construction

Avec près de 8 000 kilomètres de côtes, mon idée première était qu’il existe sûrement de nombreuses infrastructures de plongée au Brésil, et bien en cherchant un peu, il s’avère qu’il existe bien un monde de la plongée au Brésil mais il est parfois caché, local et nébuleux. En discutant avec Pierre PASSOT, je constate qu’il en est arrivé au même constat. Il a très vite observé que les acteurs oeuvrant de près ou de loin pour le monde aquatique agissent, pour la plupart, dans « leur bulle » sans en sortir et tenter de construire avec le voisin. Le principal challenge que M. PASSOT a relevé pour l’organisation du 1er Festival Franco Brésilien de l’image sous-marine a donc été de faire travailler tous les acteurs ensemble, chercheurs, photographes, plongeurs, passionnés du monde du silence. C’est donc un pas immense même s’il reste encore tout à faire.

Le Festival Franco Brésilien de l’image sous-marine

Matinhos étant à un saut de puce de Curitiba, j’ai donc bondi vers cette ville côtière pour assister au festival. Je n’ai pas été déçu. J’ai pu croiser Pierre PASSOT et lui poser tout plein de questions. Pour répondre à plusieurs d’entre vous qui se demandaient comment peut on faire une plongée de 236 heures sans aller au toilettes, question au combien essentielle, et bien il « suffit » de connaitre la consommation énergétique de l’individu dans les conditions auxquelles il est exposé et lui fournir uniquement la valeur énergétique dont il a besoin, ce qui vous donne une production de nutriments quasi (et oui quasi…) nulle.
Parmi les personnes présentes, se trouvait Dominique SERAFINI, le dessinateur des aventures du commandant COUSTEAU et qui retrace aujourd’hui celles d’un grand défenseur de monde aquatique, Paul WATSON et ses Sea Shepherd (les bergers de la mer). Ils viennent d’ailleurs de partir en campagne hivernale pour lutter contre les baleiniers japonais. La bataille risque d’être violente, ça va être une véritable guerre, cette année la campagne se nomme Zero Tolerance…

Les requins du YucatanJ’ai donc eu le privilège de discuter avec Dominique SERAFINI, un homme vraiment généreux et qui dégage beaucoup de sympathie, il m’a d’ailleurs offert une BD dédicacée, dont je suis secrètement extrêmement fier « Les requins du Yucatán . Dans cette aventure, l’équipe COUSTEAU découvre le Blue Hole (Le Trou Bleu) et sont les tous premiers hommes à y plonger… Ouah, ça me ramène à ce début d’année lorsque moi aussi je plongeais tête la première et avec beaucoup d’entrain dans ce lieu magique. Donc symboliquement, la dédicace de cette aventure en particulier résonne en moi comme la continuité de ce que je vis depuis plus d’un an. Allez, je vous fait partager ma dédicace.

Le festival a rencontré son public, les nombreuses activités proposées aux enfants, une exposition photo de qualité, les objets exposés, les interventants de renom présents ainsi que les débats et tables rondes d’actualité ont contribué au succès de ce festival.

Ici, le lien vers le reportage que Parana TV a consacré à l’évènement.

Le prochain projet de M. PASSOT, l’homme aux milles idées, est d’organiser régulièrement des plongées « Pieds lourds » au Brésil… Où ? A Curitiba ! J’en serai, Com certeza…

Les plongées à Ilha Grande

Sur Ilha Grande, vous trouverez 3 dive shop, Abudefduf, Elite Dive Center et Dive et Cia, mon choix s’est porté sur ce dernier. Pourquoi ? Question de feeling. Il faut savoir que de toute façon, ces dive shop proposent des prestations et des tarifs très similaires sinon identiques. Il existe une vingtaine de sites de plongée et de nombreuses épaves dont celle d’un hélicoptère.

ilha_gde_dive_cia

Les tarifs : Pour 2 plongées, 200 Reais si vous réglez par carte, 180 Reais si c’est en espèces. Pour les plongeurs équipés c’est 150 Reais soit 55€.

map_mergulhoLes sites : 2 sites au programme. Une plongée d’exploration sur l‘épave du Pinguino, un cargo qui sombra en 1967 et une plongée récréative en shallow water a Ponta do Bananal.

Les belles choses : La faune sous marine est très similaire à celle des Caraïbes  de nombreux French Angelfish, quelques Groupers, un magnifique flying gurnards, et j’ai eu la chance de nager au côté d’une charmante sirène.

Portrait d’un Dive Master

Je vous propose pour finir le lien vers le site internet d’un ami plongeur, rencontré à Utila. Vous trouverez sur son site de nombreuses informations sur le monde de la plongée. L’un des dernier article porte sur le parcours d’un Dive Master que vous reconnaîtrez sûrement. Salut et bonne route Kate et Antoni et un bonjour aux fonds marins de l’île de la Réunion.

http://www.laplongeesousmarine.com

Brasil !

Par défaut
Brasil !

Rio de Janeiro

Je quitte le New-York ensoleillé pour le Rio de Janeiro sous les nuages, dans la grisaille. Et il fait froid en plus. Mes représentations en prennent un coup. Pas grave. Direction Copacabana, j’adore ce nom, je le répète dans ma tête « Copacabana, Copacabana, Copacabana… », il y a des mots comme ça qui sonnent vraiment bien, un peu comme tancarville. Je suis accueilli par Léandra que j’ai contacté par le biais de Couchsurfing, et j y rencontre Lazaar un Croate déjanté qui est également hébergé chez notre hôte  A ce moment-là je constate être en total décalage. Plus aucun repère. Et bien oui, faut tout reprendre depuis le début en mode apprentissage, nouvelle langue, accent, nourriture, c’est parti ! La meilleure façon… apprendre une phrase utile, ce sera « Uma cerveja por favor ». Je me sens déjà mieux.

Beaucoup de gens disent que Rio est une ville incroyable, mouvante, le cœur du Brésil… C’est vrai. La ville, la plage, la forêt tropicale, et là-haut, le Christ Rédempteur qui semble veiller sur la cité de dieu.

Il est possible de passer de l’un à l’autre en quelques minutes, c’est fascinant. Je pars pour l’ascension du pain de sucre, du Corcovado, de Pedra Bonita et pour une soirée enivrante dans le quartier de Lapa le soir venu pour y « danser » le Forró en dégustant des caipirinha.

Quelques jours passent, une semaine, à déambuler de plage en plage, au hasard des rues, à user la semelle de mes nouvelles tongs.

J’ai prévu de rejoindre Igor, mon pote rencontré au Belize et avec qui nous avion baroudé jusqu’au Guatemala. Il habite à quelques heures de route vers le nord, à Belo Horizonte dans  l’Etat du Minas Gerais, Etat bien connu pour la fabrication de la Cachaça.

Belo Horizonte

7 mois que je n’avais pas vu Igor. Je me pose quelques questions « Est-ce que la rencontre va être la même ? Sommes-nous une autre personne lorsque nous voyageons ? Avons-nous changé ? Oui, non et non !

Igor m’interpelle avec un « Putain, bordel de merde !» Accolade, c’est reparti !

On baroude, visite de villes historiques, Ouro Preto (magnifique), Lavras Novas (paisible). Le nord de l’Etat du Minas Gerais ressemble à un mélange de Provence et d’Afrique (facile à imaginer non ? – c est un ressenti très, mais alors très personnel je pense), c’est aride avec de beaux cours d’eau et de belles cascades. On se cultive aussi, cirque (Paola Musatti et Vera Abbud – Pelo Cano), théâtre, concerts, courts métrages dans le cadre de la Noite Branca.

Les 10 jours ensemble passent très rapidement, on va se revoir, Com certeza !!

Ilha Grande

Pour changer, je décide de me rendre sur une île ! Accompagné de Cláudia que je n avais pas vu depuis 6 mois ! Au programme balades dans la jungle, sur les plages, il y en a plus de 100 et plongée bien entendu. Les poissons commencent à me manquer après trois semaines sur le planché des vaches.

Ilha Grande est un paradis de sérénité, les véhicules motorisés y sont prohibés, l’écotourisme y est développé et la faune et flore est vraiment protégée. Un lieu pour ceux qui veulent s’éloigner de la cacophonie hurlante des villes et se retrouver (en amoureux).

Les choses remarquables :

Havaianas

La tong ! Après la razzia de tongs que j’avais subi à Utila, je compte bien m’équiper d’une belle paire de Havaianas avec un magnifique drapeau brésilien. Un nombre incalculable de tongs de toutes couleurs. Le noir c’est sobre.

Elections

Les élections municipales viennent tout juste de se terminer. Un cirque incroyable. Des banderoles sur les façades des maisons, des drapeaux sur les voitures hurlants des slogans incompréhensibles rythme par des reprises de chansons a la mode, des fanions sur les vélos, un autocollant sur le museau d’un chien… C’en est trop, content que ce soit fini.

Publicité rafraichissante

Mais qu’est-ce qu’ils ont à s’arrêter près des panneaux publicitaires. Ça m intrigue, je regarde de plus près  Un petit bouton sur le rebord permet d activer un brumisateur. Ils sont forts les mecs du marketing. Ça me donne des idées  Le panneau publicitaire qui te parfume, qui t indique la direction à prendre, qui te fait une soufflette…

Açaï (prononcer a-ça-i)

Une baie issue d un palmier poussant principalement près de Belém au nord du Brésil. L’açaï est vendu sous forme de jus ou de sorbets accompagnes de fruits et granola. C est un très bon antioxydant et c est bourre d’énergie. Excellent.

Ça nage ?

Ça barbote. Il n existe pas vraiment une culture de la nage au Brésil. Les plages sont bondées  on se trempe les pieds, se mouille les mollets, joue avec les vagues, on s’éclabousse, un petit peu, pas trop, .. Passé les premiers mètres, plus personne. Une barrière invisible semble leur dire ¨Hop hop hop ! Pas plus loin les gaillards¨. Mais l’autre jour, je vois un brésilien se mettre à l eau et commencer un crawl. 1 min, 2 min, il s’éloigne. Houa ! Un brésilien qui nage. Il s’éloigne encore pendant plusieurs minutes jusqu’à n’être plus qu’un point. Sur le moment, je commence quand même à m’inquiéter pour lui. Et soudain… il se met debout. La vache ! Il n y a pas de fond !