Archives de Tag: festival

Le monde de la plongée au Brésil

Vidéo

Un monde en construction

Avec près de 8 000 kilomètres de côtes, mon idée première était qu’il existe sûrement de nombreuses infrastructures de plongée au Brésil, et bien en cherchant un peu, il s’avère qu’il existe bien un monde de la plongée au Brésil mais il est parfois caché, local et nébuleux. En discutant avec Pierre PASSOT, je constate qu’il en est arrivé au même constat. Il a très vite observé que les acteurs oeuvrant de près ou de loin pour le monde aquatique agissent, pour la plupart, dans « leur bulle » sans en sortir et tenter de construire avec le voisin. Le principal challenge que M. PASSOT a relevé pour l’organisation du 1er Festival Franco Brésilien de l’image sous-marine a donc été de faire travailler tous les acteurs ensemble, chercheurs, photographes, plongeurs, passionnés du monde du silence. C’est donc un pas immense même s’il reste encore tout à faire.

Le Festival Franco Brésilien de l’image sous-marine

Matinhos étant à un saut de puce de Curitiba, j’ai donc bondi vers cette ville côtière pour assister au festival. Je n’ai pas été déçu. J’ai pu croiser Pierre PASSOT et lui poser tout plein de questions. Pour répondre à plusieurs d’entre vous qui se demandaient comment peut on faire une plongée de 236 heures sans aller au toilettes, question au combien essentielle, et bien il « suffit » de connaitre la consommation énergétique de l’individu dans les conditions auxquelles il est exposé et lui fournir uniquement la valeur énergétique dont il a besoin, ce qui vous donne une production de nutriments quasi (et oui quasi…) nulle.
Parmi les personnes présentes, se trouvait Dominique SERAFINI, le dessinateur des aventures du commandant COUSTEAU et qui retrace aujourd’hui celles d’un grand défenseur de monde aquatique, Paul WATSON et ses Sea Shepherd (les bergers de la mer). Ils viennent d’ailleurs de partir en campagne hivernale pour lutter contre les baleiniers japonais. La bataille risque d’être violente, ça va être une véritable guerre, cette année la campagne se nomme Zero Tolerance…

Les requins du YucatanJ’ai donc eu le privilège de discuter avec Dominique SERAFINI, un homme vraiment généreux et qui dégage beaucoup de sympathie, il m’a d’ailleurs offert une BD dédicacée, dont je suis secrètement extrêmement fier « Les requins du Yucatán . Dans cette aventure, l’équipe COUSTEAU découvre le Blue Hole (Le Trou Bleu) et sont les tous premiers hommes à y plonger… Ouah, ça me ramène à ce début d’année lorsque moi aussi je plongeais tête la première et avec beaucoup d’entrain dans ce lieu magique. Donc symboliquement, la dédicace de cette aventure en particulier résonne en moi comme la continuité de ce que je vis depuis plus d’un an. Allez, je vous fait partager ma dédicace.

Le festival a rencontré son public, les nombreuses activités proposées aux enfants, une exposition photo de qualité, les objets exposés, les interventants de renom présents ainsi que les débats et tables rondes d’actualité ont contribué au succès de ce festival.

Ici, le lien vers le reportage que Parana TV a consacré à l’évènement.

Le prochain projet de M. PASSOT, l’homme aux milles idées, est d’organiser régulièrement des plongées « Pieds lourds » au Brésil… Où ? A Curitiba ! J’en serai, Com certeza…

Les plongées à Ilha Grande

Sur Ilha Grande, vous trouverez 3 dive shop, Abudefduf, Elite Dive Center et Dive et Cia, mon choix s’est porté sur ce dernier. Pourquoi ? Question de feeling. Il faut savoir que de toute façon, ces dive shop proposent des prestations et des tarifs très similaires sinon identiques. Il existe une vingtaine de sites de plongée et de nombreuses épaves dont celle d’un hélicoptère.

ilha_gde_dive_cia

Les tarifs : Pour 2 plongées, 200 Reais si vous réglez par carte, 180 Reais si c’est en espèces. Pour les plongeurs équipés c’est 150 Reais soit 55€.

map_mergulhoLes sites : 2 sites au programme. Une plongée d’exploration sur l‘épave du Pinguino, un cargo qui sombra en 1967 et une plongée récréative en shallow water a Ponta do Bananal.

Les belles choses : La faune sous marine est très similaire à celle des Caraïbes  de nombreux French Angelfish, quelques Groupers, un magnifique flying gurnards, et j’ai eu la chance de nager au côté d’une charmante sirène.

Portrait d’un Dive Master

Je vous propose pour finir le lien vers le site internet d’un ami plongeur, rencontré à Utila. Vous trouverez sur son site de nombreuses informations sur le monde de la plongée. L’un des dernier article porte sur le parcours d’un Dive Master que vous reconnaîtrez sûrement. Salut et bonne route Kate et Antoni et un bonjour aux fonds marins de l’île de la Réunion.

http://www.laplongeesousmarine.com

Brasil – La suite

Par défaut
Brasil – La suite

Paraty

Après une bonne dizaine de jours à explorer Ilha Grande, qui propose de superbes treks dont celui du Papagayo que je recommande, je décide de me rendre dans un petit village côtier bourré de charme, Paraty. Je fais la route avec Jean-Jacques, un français professeur à la retraite de 76 ans.

Des façades blanches aux volets colorés, des rues pavées dont certains proviennent des ballastes des navires portugais à l’époque de la colonisation, la mer d’un côté, les montagnes de l’autre, ce village est une carte postale à lui seul. La ville grouille d’artistes, de peintres, de sculpteurs, de photographes et de français. J’y rencontre Patrick Allien, un héliograveur talentueux à qui j’achèterai une de ses oeuvres, un portrait de l’artiste ici. Ma route croise également le chemin de Michel, un brestois. La rencontre est plutôt originale. En me baladant dans la journée, je repère un petit bar coloré plus haut que large, ce lieu me tape à l’oeil, je décide d’y repasser dans la soirée. Ma surprise est grande de découvrir qu’un Gwenn ha Du flotte au plafond de cette gargote. Deuxième surprise, sur les 7 personnes attablées aux tonneaux faisant office de tables, tous sont français. Michel, casquette blanche vissée sur la tête fait son entrée. Encore un breton ! Au fil de la discussion, il me dit avoir un bateau, on se raconte nos histoires respectives, il me dit avoir besoin de nettoyer la coque de son voilier, j’ai besoin d’un hébergement, je propose de lui faire ça au cours d’une plongée, deal ! Rendez-vous est pris le surlendemain.

Le nettoyage de la coque de ce ketch m’a vraiment enthousiasmé, j’y ai mis du coeur à l’ouvrage et suis plutôt satisfait du résultat. Les 4 nuits à bord du voilier sont synonymes de sérénité et de repos. La clapot des vagues, la douceur des embruns marins et le paysage évoluant au fils du vent, je savoure la chance d’être en ces lieux.

Paraty laisse en moi un goût d’enclave touristique qui préserve ses secrets et ne les livrent qu’à ceux qui prendront le temps de les attendre. Il suffit d’observer les personnages de ce village pour constater que tous ont une histoire à raconter.

Sao Paulo

C’est une ville étape. Tous les brésiliens rencontrés, même ceux qui y ont vécu ou y vivent ne semblent pas l’apprécier. Tous me déconseillent d’y passer ou me suggère d’y rester seulement quelques jours.  Je suis curieux, je veux me faire ma propre opinion. Près de 12 000 000 d’habitants (20% de la France), la plus grande ville du Brésil et de l’hémisphère Sud, un trafic routier réputé monstre, 7300 habitants au kilomètre carré, autant dire que c’est très vertical ! Des chiffres à la réalité vécue, mon impression est plutôt positive. Je n’ai pas ressenti la densité telle que celle du Mexico City, ni la pollution d’ailleurs. Les transports publics sont efficaces et fluides. L’impression d’une ville immense, certes mais plutôt bien organisée en ressort.

Curitiba

Voici un mois que j’ai posé mes bagages dans cette ville et je ne compte pas les refaire tout de suite.

Les choses remarquables

Les règles du feu

Feu vert : Je passe mais je suis prudent au démarrage car des véhicules peuvent encore passer. Feu orange : j’accélère car le feu passera bientôt au rouge. Feu rouge : je dois m’arrêter cependant à partir d’une certaine heure il est plus que toléré de passer en l’absence de véhicules. Bref, j’ai pas confiance.

La douche électrique (bis)

La revoilà celle-là. L’eau et l’électricité c’est bien connu ne font pas bon ménage, c’est pas nouveau ! Et bien c’est bon, je confirme. Au cours d’une douche nocturne, PAF !! Lumières jaune et orange, explosion, étincelles, truc de fou. Voila, la douche électrique à explosée. Je n’aime pas avoir raison.

Tropa de Elite

Un film impressionnant sur les forces spéciales qui interviennent au sein de favelas, le BOPE (Bataillon des opérations spéciales de police). Une bande originale rythmée (ICI et LA) tout comme le film. A voir.

Funk et Funk

Il existe la musique Funk, mondialement connue grâce à des artistes comme James Brown, Curtis Mayfield et Jamiroquai et il y a le Funk Brésilien. Le Funk made in Brasil, c’est tout autre chose, plus…, mais aussi plus…, disons que c’est davantage… Je vous laisse vous faire une idée.

Le premier Festival Franco-Brésilien de l’image sous-marine

A l’initiative, de Pierre Passot, un plongeur français et en collaboration avec le Festival mondial de l’image sous-marine de Marseille, aura lieu du 21 au 25 novembre ce premier festival. Au programme, tables rondes, exposition de photos, projection de films, concours de dessins pour les plus petits. Pour la petite histoire, Pierre Passot détient un record inégalé jusqu’à présent à savoir la plus longue plongée au monde. Ouah ! J’ai quelques question à lui poser. Le Brésil a beau être grand, le festival a lieu à quelques kilomètres de Curitiba, je serai donc de la partie.

Celui qui me dira combien d’heures exactement a duré cette plongée se verra offrir un petit quelque chose, avis aux amateurs

Utila… Utila…

Par défaut

Retour aux racines

1 mois et demi à Laguna Beach Resort pour la période haute et continuer à me former notamment via un Kid Sea Camp organisé par PADI, et me voici de retour sur les branches du Parrots pour terminer en beauté mon trip à Utila. Le Parrots cherchait un DM, ni une, ni deux, banco, je troque le tee shirt Laguna beach pour mon tee-shirt flanqué du perroquet rouge, « HHUNN HHUNN ».

En plus, commence le 18 aout l’Utila Dive Festival, le big boss de PADI fait le déplacement, et devinez quoi, qui est-ce qui va être l’un des 3 représentants du Parrots ? Bibi ! Au Parrots, pour l’occasion, une formation de Dive Master est offerte, avis aux amateurs, vous avez une semaine pour pointer le bout de votre bec… Il y aurait pas un pivert intéressé ?

1-2-3, c’est reparti

C’est décidé, je reprends la route. Après plus de 6 mois sur mon petit îlot, mon île, ma belle Utila. J’ai réalisé ici les objectifs que je m’étais fixé, à savoir devenir Dive Master et me constituer une expérience. Les bonus : de superbes rencontres, de nouveaux amis, des souvenirs pleins la têtes, des bulles par milliers. Au revoir Utila et à bientôt, c’est sûr.

Décollage de Tegucigalpa le 31 aout, destination le Brésil, Rio de Janeiro !

J’aime voler avec vous

J’aime de plus en plus les compagnies aériennes. J’ai dégoté une superbe affaire. En toute logique pour rejoindre le Brésil, il me faut prendre un avion direction plein sud, ce que j’ai regardé, super cher. Non, le mieux et d’aller vers le nord, direction les États-Unis. Donc je vais réaliser un trip avec 2 escales aux States non prévues dans l’agenda. Tout d’abord une halte à Miami de 12 heures, là c’est la mauvaise partie, je vais me faire chier car c’est toute la nuit. Mais le lendemain je décolle direction New-York pour un transit de 3 jours et 2 nuits !! C’est de la boulette. Ma coloc actuelle à Utila habite à Manhattan et s’est proposée de m’héberger, ça c’est la cerise. Donc au programme découverte de la grande pomme, visite des buildings, bref j’ai un peu l’impression d’aller faire un remake d’un indien dans la ville.

Vu que j’aime bien les chiffres, je me suis amusé à calculer la distance entre ma destination initiale et finale et à comparer le chemin que me fait parcourir la compagnie aérienne. Résultat, je vais réaliser 10 771 kilomètres pour me rendre à Rio qui se trouve à 6312 kilomètres soit près de 4500 km supplémentaires !! Au final ce vol me revient à 0,05 cents du kilomètre.

Le premier qui me dit combien me coûte le vol aura le droit à une photo personnalisée du haut d’une tour New-Yorkaise.

Le sac et les chaussures

Je les avais oublié ces deux la ! Depuis quelques jours je les regarde d’un drôle d’oeil. Je les observe furtivement et tente de les oublier aussitôt. Le premier, Monsieur Sac, allongé de tout son long dans la penderie du placard, semble s’éveiller d’un sommeil forcé et prolongé. Je sais très bien ce qu’il pense « Je n’ai pas le ventre assez grand ». En effet, les tee-shirt qui le surplombent en disent long, 5 t-shirt du bar Skidrow (ce qui se traduit par 5 gifiti challenge), ceux du bar Tranquilla (Drink Master, I survived tequila Tuesday et JagerMaster), les t-shirt des dive Shop (+3) et autres (+3). Va falloir faire des concessions, tout ne rentrera jamais.

Mesdames Chaussures de leur côté on l’air de sourire et de se trémousser à l’idée des nouvelles escapades à venir, mais le risque est que l’entente pieds/chaussures ne soit pas des plus cordiales.

Les choses d’Utila

La malédiction de la tong

Il se joue un concours national de la tong. Volontaire, involontaire, toujours est-il que les tongs ont une méchante tendance à disparaitre. Pour comparer, elles disparaissent toutes aussi vite des pieds que les briquets des poches des fumeurs. 6 mois, 6 paires. Je joue aussi, je n’en achète plus désormais.

Les baliadas

Pas chères, nourrissantes, ces petites galettes fourrées à la purée de haricots rouges et de légumes au choix (oignons, avocat, tomate,…), au poulet ou au bœuf sont le plat officiel d’Utila. Attention à l’overdose.

Les petites fourmis et l’arbuste

On ne les voit pas la journée mais juste avant la tombée du jour, leur longue procession s’engage. L’arbuste convoité d’un côté de la route, la fourmilière de l’autre, les pertes seront toutes aussi nombreuses que les dangers. Je croise leur chemin à pied en faisant mon petit saut de cabri quotidien. Leur travail est titanesque et ne s’arrêtera qu’à l’aube pour reprendre quelques heures plus tard. Comme tous les jours.

Tu parles quoi ?

International, cette île est un condensé du monde. Ça parle dans tous les sens, anglais, espagnol, Israélien, français, avec des accents dans tous les sens, parfois, je suis complétement pommé. Il m’arrive d’avoir des bugs linguistiques et de ne plus rien saisir comme si mon cerveau saturait en information. Je vois la personne parler mais ce sont juste des sons qui se mélangent, s’entortillent, s’étirent pour créer une soupe incompréhensible à laquelle forcement, je ne peux répondre qu’en bafouillant ou en demandant de répéter. Généralement la seconde écoute me permet juste de comprendre que cette personne parlait en français. Bref, mon cerveau bug.

Et ailleurs…

Quelqu’un de bien.

Ça bouge à Utila !

Vidéo

Utila Dive Festival 2012

Du 18 au 25 aout 2012 a lieu le festival de plongée d’Utila. Tous les centres de plongée de l’île participent et proposent à cette occasion de nombreuses activités sous marine, des challenges, des concours, ceci dans une ambiance de fête. Plus de 10 000$ de lots à gagner et de grosses promotions.

C’est une bonne occasion de venir !!!

Zombies in Utila

Un bon gros délire ce film. Ce court métrage a été réalisé il y a quelques mois avec les moyens du bord. Le résultat est assez épatant. A voir, revoir et faire partager.

Sunjam Festival 2012

Par défaut

Le plus grand festival des Caraïbes. Rien que ça !!!

Je vous plante le décor, imaginez un îlot paradisiaque inhabité, palmiers, cocotiers, une plage de sable blanc, une eau cristalline….

Une fois par an, cet îlot accueille le festival Sunjam soutenu par le Dive shop Parrots. Pour vous donner une idée de l’ambiance, allez jeter un œil sur les photos des sessions précédentes, c’est ICI.

Donc, motivez-vous, c’est à partir du 4 aout 2012 et ça va être grandiose !!!!  Shocker Bra !!!

Au programme :

Alexi Delano, Xpansul, Andres Castano, Tamara Montenegro, The Switchers, Carlos Padilla, Rafa Verdial, Ramon Pineda, Balto, Jose Villeda, Luis Maier

Vue aérienne de Water Caye