Archives de Tag: Curitiba

Un monde de Voyages – Fin avant Suite

Par défaut

Un Monde de Voyages – fin de l’exposition

Après 1 mois d’exposition, je tiens à remercier l’ensemble des visiteurs et en particulier les 750 personnes (exactement) qui ont signé le livre d’Or.DSC_0556

Les brésiliens dans un premier temps de Curitiba, Joinville, Almirante Tamandaré, Sao José dos Pinais,Porto Alegre, Piraquarayork, Carlopolis, Unioa de Victoria, Rodia, Matinhos, Belèm, Rio de Janeiro, Pontal do Parana, Colombo, Cascavel, Sao Paulo, Pernaibe, Bonbinhas, Paranagua, Cuiaba, Lonfrina, Mato Grosso, Guarapuava, Sao Francisco do Sul, Salvador, Rio Negro, Ioméré, Aracujo, Foz do Iguazu, Balça nova, Piraquaro, Taubaté, Cajuru, Caçador, Bahia, Arauroria, Belo Horizonte, Fazenda Rio Grande…

Et du reste du monde, de France, Russie, Etats-Unis, Japon, Allemagne, Italie et de Jamaïque.

Mais surtout à Claudia, à Florant (qui a signé le livre d’or deux fois en bien grand) et toute sa petite famille grâce à qui cette exposition a vu le jour.

Pour résumer, ce fut une exposition sur le monde qui attira bien du monde. Ci-dessous, quelques liens des articles parus dans la presse :

ICI et LA, et encore LA.

Tour du monde, tour du web

Carte mondeLe souhait de créer ce blog est né de l’envie de partager mon goût du voyage, mes expériences diverses et en particulier celles de la plongée, de permettre de donner quelques pistes à ceux qui désire plonger dans quelques uns des lieux les plus surprenants qu’offre cette planète. J’espère avoir atteint en partie l’objectif que je m’étais fixé et avoir réussi à touché les plongeurs/voyageurs en soif d’aventures aventureuses.

SP – CDG – BZH

La vie est parfois comme les pages d’un livre, lorsqu’on est pris dans l’histoire les pages se tournent une à une sans que nous en prenions véritablement conscience, nous nous extirpons de celui-ci que lorsqu’un un événement nous en tire soudainement. Pour ma part, ce fut un email de ma sœur, suivis de plusieurs appels téléphoniques de mon frère, me demandant de contacter ma mère. Mais où est mon père dans tout ça ? Il est l’objet de ce retour à la réalité. Rentrer, partir, quitter, terminer, finir, changer, ranger, pleurer, s’habituer, avancer, être, être prêt.

Terminer avec le sourire – Mister Ball

http://www.aapec.org.br/2012-08-04-vicosa/

Faites défiler les vignettes jusqu’à ce que à voir apparaître un petit être biscornu. J’affectionne en particulier la photo avec les deux fillettes.

Je déclare M. Testicule meilleur mascotte du monde. Ce n’est pas une blague, c’est pour la bonne cause, mais le mec qui a eu l’idée d’en faire une mascotte, chapeau.

Curitiba

Vidéo

Exposition – Un Monde de Voyages

Exposição Fotográfica MPlusieurs mois déjà au Brésil et ma première exposition de photographies à Curitiba. Du 11 avril au 14 mai 2013, seront exposées 40 photographies de 9 pays différents. De l’Asie en passant par l’Afrique, l’Europe et l’Amérique, l’exposition regroupera 40 photographies de 4 continents.

Claudia dotée de sa force de conviction légendaire a convaincu en quelques minutes la personne en charge du showroom de réaliser une exposition de mes photos.

Il y aura également un écran qui diffusera certaine de mes vidéos en continu, ça claque !! Et bien sûr un vernissage et tout le tralala, truc dont je suis moins fan, mais bon…

Ci- dessous vous pouvez voir les photographies sélectionnées.

Un nouveau venu

Il a désormais 2 mois, est blond, pèse 5 kilos, largue des pets régulièrement, aime les chaussures pour leur goût, estime que 1h,  4h etIndi 6h du matin sont de bonnes heures pour jouer, a une affection toute particulière pour le papier hygiénique usagé et les journaux qui font de jolis confettis, grogne, ronfle, éructe durant ses phases de sommeil, pisse 2 litres en n’en buvant qu’1, veut me couper les ongles de pieds avec ses dents, a fait caca dans une ballerine de Claudia, a vidé un pack de jus au sol, n’aime pas M. Balai et encore moins Mme Serpillière, s’énerve sans aucune raison apparente et à heure régulière contre la machine à laver, estime que tout objet qu’il peut saisir lui appartient, sait ouvrir une poubelle et déterminer les objets comestibles ou non qui finissent de toute façon par être ingurgités, a constaté que manger de longs cheveux peut conduire à des accidents d’excrétion, tente régulièrement de pénétrer dans les lieux interdits et disparaît discrètement en moon-walk queue entre les jambes lorsqu’il est surpris, a bien compris que faire ses besoins dans le lieu approprié apporte joie et bonheur à ses maîtres (ce qui est complètement dingue) qui le récompensent d’une friandise, dégage un attrait très puissant sur la genre humain, en particulier de sexe féminin, qui à l’occasion s’extasie d’un « Que bonitinho !! »… Bref, il s’appelle Indiana Jones, et ses aventures ne font que commencer.

Les choses remarquables

Churrascaria

Curitiba est connu pour ces churrascarias. C’est à dire les restaurant de barbecues. Le principe est de payer un prix fixe, généralement aux alentours de 50 Reais (20€) et vous avez accès aux différentes viandes à volonté en plus des divers plats. Mais ce n’est pas un buffet, des types viennent régulièrement vous proposer un met. Régulièrement ? Non ! Toutes les 5 secondes en moyenne. Au début c’est vraiment très sympathique, la viande est de très bonne qualité, et les serveurs viennent vous approvisionner. Une fois mon assiette bien pleine, je me régale d’avance de ce qu’elle contient, un autre serveur arrive « Nao obrigado », un autre, puis encore un autre « Nao obrigado », mon assiette étant pleine, je ne sais pas où ils souhaitent que je mette ce qu’ils me proposent. Mais tout peut s’arrêter soudainement si vous prenez soin d’utiliser un drôle d’objet sur la table, une petite roue fixé sur un socle. Il suffit de la tourner sur la partie « Nao » en rouge pour stopper l’envie frénétique des serveurs de se délester d’une grosse tranche de viande dans ton assiette. Ouf, c’est réglé. Un jeu sympa, mettre la roue sur « Sim » lorsque votre voisin n’en peut plus.

Les horaires

Si arriver à l’heure est pour les français une norme, au Brésil, je pense que cette notion n’existe pas ou a été oubliée, enterrée, à jamais abolie. Au début j’accordais une importance à me rendre à un lieu à l’heure indiquée mais je me suis rendu compte que grosso modo il faut partir à l’heure dudit rendez-vous.

Le soleil du Brésil

Ce soleil est vraiment totalement différent de tout ce que j’ai pu connaître. Ce soleil brûle. Plus d’un an qu’il m’accompagne mais ici c’est au moins la 10ème fois que je prends une douce teinte rouge crevette pour ensuite me retrouver à muer comme un reptile. J’ai beau faire gaffe, j’ai été prévenu, à chaque fois c’est la même chose. Marre…

Carnaval

Bon, le carnaval à Curitiba n’est semble-t-il pas la meilleur endroit pour s’éclater. Résultat, pas de défilé au rythme de la samba et de reines se trémoussant le derrière siliconé. De toute façon il ne faisait pas vraiment beau. A la place, une Zombie Walk, c’est pour ainsi dire presque l’opposé de ce qu’on peut attendre du carnaval au Brésil. Maquillage morbide ciel gris et pluie voici donc à quoi à ressemblé mon premier carnaval au Brésil. Et oui le ciel n’est pas toujours bleu.

Donc, pour résumer voici ce que j’ai vu et ce j’aurai pu voir, ça fait rêver et puis c’est pour vous dire qu’il n’y a pas qu’en France qu’il ne fait pas beau.

VU

Carnaval Curitiba

PAS VU

Carnaval Rio
Le Brésil à l’aube de la coupe du monde

La coupe du monde de football est dans un an et ici ils s’activent pour la construction des stades, des infrastructures routières et d’accueil, même si on peut déjà constater de gros retards. Mais il y a une difficulté à laquelle le Brésil doit faire face, le niveau d’anglais de ses habitants. Je pense que c’est très similaire à la France, et que nous n’avons aucune leçon à donner à ce niveau, mais ils ont au moins le mérite de vouloir le prendre avec beaucoup d’humour. Une école privée (comme la plupart des écoles du Brésil) lance une grosse campagne de publicité à grand renfort de stars hollywoodiennes. Ça donne ceci, plein d’humour.

Une chose néanmoins qui pourrait permettre une nette amélioration du niveau de la langue est d’arrêter de traduire à tout va (autre défaut que nous avons en commun). La traduction des titres des films est tout simplement lamentable et donne l’impression de prendre les spectateurs pour de véritables crétins. Un exemple flagrant, un film récent qui vient de sortir au cinéma, constatez par vous même à la 40ème seconde de ce teaser.

Bonito dans un mois, je n’en peux plus…

Le monde de la plongée au Brésil

Vidéo

Un monde en construction

Avec près de 8 000 kilomètres de côtes, mon idée première était qu’il existe sûrement de nombreuses infrastructures de plongée au Brésil, et bien en cherchant un peu, il s’avère qu’il existe bien un monde de la plongée au Brésil mais il est parfois caché, local et nébuleux. En discutant avec Pierre PASSOT, je constate qu’il en est arrivé au même constat. Il a très vite observé que les acteurs oeuvrant de près ou de loin pour le monde aquatique agissent, pour la plupart, dans « leur bulle » sans en sortir et tenter de construire avec le voisin. Le principal challenge que M. PASSOT a relevé pour l’organisation du 1er Festival Franco Brésilien de l’image sous-marine a donc été de faire travailler tous les acteurs ensemble, chercheurs, photographes, plongeurs, passionnés du monde du silence. C’est donc un pas immense même s’il reste encore tout à faire.

Le Festival Franco Brésilien de l’image sous-marine

Matinhos étant à un saut de puce de Curitiba, j’ai donc bondi vers cette ville côtière pour assister au festival. Je n’ai pas été déçu. J’ai pu croiser Pierre PASSOT et lui poser tout plein de questions. Pour répondre à plusieurs d’entre vous qui se demandaient comment peut on faire une plongée de 236 heures sans aller au toilettes, question au combien essentielle, et bien il « suffit » de connaitre la consommation énergétique de l’individu dans les conditions auxquelles il est exposé et lui fournir uniquement la valeur énergétique dont il a besoin, ce qui vous donne une production de nutriments quasi (et oui quasi…) nulle.
Parmi les personnes présentes, se trouvait Dominique SERAFINI, le dessinateur des aventures du commandant COUSTEAU et qui retrace aujourd’hui celles d’un grand défenseur de monde aquatique, Paul WATSON et ses Sea Shepherd (les bergers de la mer). Ils viennent d’ailleurs de partir en campagne hivernale pour lutter contre les baleiniers japonais. La bataille risque d’être violente, ça va être une véritable guerre, cette année la campagne se nomme Zero Tolerance…

Les requins du YucatanJ’ai donc eu le privilège de discuter avec Dominique SERAFINI, un homme vraiment généreux et qui dégage beaucoup de sympathie, il m’a d’ailleurs offert une BD dédicacée, dont je suis secrètement extrêmement fier « Les requins du Yucatán . Dans cette aventure, l’équipe COUSTEAU découvre le Blue Hole (Le Trou Bleu) et sont les tous premiers hommes à y plonger… Ouah, ça me ramène à ce début d’année lorsque moi aussi je plongeais tête la première et avec beaucoup d’entrain dans ce lieu magique. Donc symboliquement, la dédicace de cette aventure en particulier résonne en moi comme la continuité de ce que je vis depuis plus d’un an. Allez, je vous fait partager ma dédicace.

Le festival a rencontré son public, les nombreuses activités proposées aux enfants, une exposition photo de qualité, les objets exposés, les interventants de renom présents ainsi que les débats et tables rondes d’actualité ont contribué au succès de ce festival.

Ici, le lien vers le reportage que Parana TV a consacré à l’évènement.

Le prochain projet de M. PASSOT, l’homme aux milles idées, est d’organiser régulièrement des plongées « Pieds lourds » au Brésil… Où ? A Curitiba ! J’en serai, Com certeza…

Les plongées à Ilha Grande

Sur Ilha Grande, vous trouverez 3 dive shop, Abudefduf, Elite Dive Center et Dive et Cia, mon choix s’est porté sur ce dernier. Pourquoi ? Question de feeling. Il faut savoir que de toute façon, ces dive shop proposent des prestations et des tarifs très similaires sinon identiques. Il existe une vingtaine de sites de plongée et de nombreuses épaves dont celle d’un hélicoptère.

ilha_gde_dive_cia

Les tarifs : Pour 2 plongées, 200 Reais si vous réglez par carte, 180 Reais si c’est en espèces. Pour les plongeurs équipés c’est 150 Reais soit 55€.

map_mergulhoLes sites : 2 sites au programme. Une plongée d’exploration sur l‘épave du Pinguino, un cargo qui sombra en 1967 et une plongée récréative en shallow water a Ponta do Bananal.

Les belles choses : La faune sous marine est très similaire à celle des Caraïbes  de nombreux French Angelfish, quelques Groupers, un magnifique flying gurnards, et j’ai eu la chance de nager au côté d’une charmante sirène.

Portrait d’un Dive Master

Je vous propose pour finir le lien vers le site internet d’un ami plongeur, rencontré à Utila. Vous trouverez sur son site de nombreuses informations sur le monde de la plongée. L’un des dernier article porte sur le parcours d’un Dive Master que vous reconnaîtrez sûrement. Salut et bonne route Kate et Antoni et un bonjour aux fonds marins de l’île de la Réunion.

http://www.laplongeesousmarine.com

Brasil – La suite

Par défaut
Brasil – La suite

Paraty

Après une bonne dizaine de jours à explorer Ilha Grande, qui propose de superbes treks dont celui du Papagayo que je recommande, je décide de me rendre dans un petit village côtier bourré de charme, Paraty. Je fais la route avec Jean-Jacques, un français professeur à la retraite de 76 ans.

Des façades blanches aux volets colorés, des rues pavées dont certains proviennent des ballastes des navires portugais à l’époque de la colonisation, la mer d’un côté, les montagnes de l’autre, ce village est une carte postale à lui seul. La ville grouille d’artistes, de peintres, de sculpteurs, de photographes et de français. J’y rencontre Patrick Allien, un héliograveur talentueux à qui j’achèterai une de ses oeuvres, un portrait de l’artiste ici. Ma route croise également le chemin de Michel, un brestois. La rencontre est plutôt originale. En me baladant dans la journée, je repère un petit bar coloré plus haut que large, ce lieu me tape à l’oeil, je décide d’y repasser dans la soirée. Ma surprise est grande de découvrir qu’un Gwenn ha Du flotte au plafond de cette gargote. Deuxième surprise, sur les 7 personnes attablées aux tonneaux faisant office de tables, tous sont français. Michel, casquette blanche vissée sur la tête fait son entrée. Encore un breton ! Au fil de la discussion, il me dit avoir un bateau, on se raconte nos histoires respectives, il me dit avoir besoin de nettoyer la coque de son voilier, j’ai besoin d’un hébergement, je propose de lui faire ça au cours d’une plongée, deal ! Rendez-vous est pris le surlendemain.

Le nettoyage de la coque de ce ketch m’a vraiment enthousiasmé, j’y ai mis du coeur à l’ouvrage et suis plutôt satisfait du résultat. Les 4 nuits à bord du voilier sont synonymes de sérénité et de repos. La clapot des vagues, la douceur des embruns marins et le paysage évoluant au fils du vent, je savoure la chance d’être en ces lieux.

Paraty laisse en moi un goût d’enclave touristique qui préserve ses secrets et ne les livrent qu’à ceux qui prendront le temps de les attendre. Il suffit d’observer les personnages de ce village pour constater que tous ont une histoire à raconter.

Sao Paulo

C’est une ville étape. Tous les brésiliens rencontrés, même ceux qui y ont vécu ou y vivent ne semblent pas l’apprécier. Tous me déconseillent d’y passer ou me suggère d’y rester seulement quelques jours.  Je suis curieux, je veux me faire ma propre opinion. Près de 12 000 000 d’habitants (20% de la France), la plus grande ville du Brésil et de l’hémisphère Sud, un trafic routier réputé monstre, 7300 habitants au kilomètre carré, autant dire que c’est très vertical ! Des chiffres à la réalité vécue, mon impression est plutôt positive. Je n’ai pas ressenti la densité telle que celle du Mexico City, ni la pollution d’ailleurs. Les transports publics sont efficaces et fluides. L’impression d’une ville immense, certes mais plutôt bien organisée en ressort.

Curitiba

Voici un mois que j’ai posé mes bagages dans cette ville et je ne compte pas les refaire tout de suite.

Les choses remarquables

Les règles du feu

Feu vert : Je passe mais je suis prudent au démarrage car des véhicules peuvent encore passer. Feu orange : j’accélère car le feu passera bientôt au rouge. Feu rouge : je dois m’arrêter cependant à partir d’une certaine heure il est plus que toléré de passer en l’absence de véhicules. Bref, j’ai pas confiance.

La douche électrique (bis)

La revoilà celle-là. L’eau et l’électricité c’est bien connu ne font pas bon ménage, c’est pas nouveau ! Et bien c’est bon, je confirme. Au cours d’une douche nocturne, PAF !! Lumières jaune et orange, explosion, étincelles, truc de fou. Voila, la douche électrique à explosée. Je n’aime pas avoir raison.

Tropa de Elite

Un film impressionnant sur les forces spéciales qui interviennent au sein de favelas, le BOPE (Bataillon des opérations spéciales de police). Une bande originale rythmée (ICI et LA) tout comme le film. A voir.

Funk et Funk

Il existe la musique Funk, mondialement connue grâce à des artistes comme James Brown, Curtis Mayfield et Jamiroquai et il y a le Funk Brésilien. Le Funk made in Brasil, c’est tout autre chose, plus…, mais aussi plus…, disons que c’est davantage… Je vous laisse vous faire une idée.

Le premier Festival Franco-Brésilien de l’image sous-marine

A l’initiative, de Pierre Passot, un plongeur français et en collaboration avec le Festival mondial de l’image sous-marine de Marseille, aura lieu du 21 au 25 novembre ce premier festival. Au programme, tables rondes, exposition de photos, projection de films, concours de dessins pour les plus petits. Pour la petite histoire, Pierre Passot détient un record inégalé jusqu’à présent à savoir la plus longue plongée au monde. Ouah ! J’ai quelques question à lui poser. Le Brésil a beau être grand, le festival a lieu à quelques kilomètres de Curitiba, je serai donc de la partie.

Celui qui me dira combien d’heures exactement a duré cette plongée se verra offrir un petit quelque chose, avis aux amateurs