Archives de Tag: 2013

Merci !

Vidéo

Obrigado, Thank you, Muchas gracias !

Un petit hommage à toutes ces personnes formidables rencontrées sur terre, dans l’eau et parfois même dans les airs. Et merci à Stromae pour le son.

If you come in Utila !

Vidéo

Ce n’est pas la campagne officielle de l’office du tourisme Hondurien pour l’ile d’Utila, mais ça pourrait. Marty et Ginski avaient déjà sévis avec Zombies in Utila, voici désormais un résumé assez fidèle de l’ambiance Utilienne !

La chanson est téléchargeable sur Soundcloud.

 

Invasive LionFish Guide

Par défaut

CapaTG105_b

Dans la revue Terra da Gente, numéro 105 de janvier 2013, une revue brésilienne, est paru un article consacré au Lion-Fish. La première de couverture apostrophe le lecteur « Il y a un lion dans la mer. Le superbe et venimeux Poisson Lion (rascasse) qui tue déjà les espèces marines à travers le monde pourrait atteindre le Brésil »

Le magasine consacre ensuite 7 pages au poisson en question. L’article s’appuie notamment sur la récente parution, par le Docteur James A. Morris Jr exerçant au NOAA (National Oceanographic and Atmospheric Administration), d’un guide de contrôle et de gestion de la prolifération du Lionfish.

Vous pouvez le consulter en ligne ICI, ou le télécharger directement ICI.

Il rappelle dans les premières lignes de cet ouvrage que le Lionfish (Rascasse) est l’une des plus grande menace de ce siècle pour les récifs et eaux tropicales. Depuis son apparition en 1985 à Diana Beach en Floride, son territoire s’est désormais étendu à l’ensemble du sud-ouest des Etats-Unis, à la mer des Caraïbes , au Golf de Mexico et devraient atteindre très prochainement les eaux tempérées des récifs sud américains.

DSC_98660001

Il décrit en détail les conséquences ravageuses et en cascade de la présence du Lionfish au sein des récifs.

Le guide a pour vocation de sensibiliser un large public à ce fléau et donne également les clefs pour sa capture et sa chasse, les derby y sont largement mis en avant pour leur efficacité à éliminer un nombre important sur une courte période.Les projections quant à sa prolifération sur les côtes d’Amérique su Sud sont alarmantes.

Bref un guide à mettre entre les mains de tous les plongeurs.

Brésil 2013

Vidéo

Nous sommes en 2013 et j’ai un slip blanc

Ouah, le slip ! Ce mot avait définitivement disparu de mon vocabulaire et de ma garde robe depuis au moins… 15 ans je pense…. J’ai beau essayer de me souvenir de mon dernier slip, mes efforts sont vains. Donc comment un slip blanc flanqué du doux nom de Zorba est-il arrivé sans crier gare dans ma vie ? Et bien au Brésil, il est une tradition de porter des sous-vêtements blancs neufs pour le nouvel an, cela porte chance, bonheur, bref pleins de bonnes choses. A priori, la couleur a son importance et le caractère neuf est primordial. C’est avec surprise que je me suis donc vu offrir par Omri l’ami de la soeur aînée de Claudia, un magnifique slip Zorba. Je ne suis pas superstitieux par nature mais étant donné que mes caleçons sont principalement rayés, sombres et après une année de route, troués… je pense qu’ils auraient été de mauvaise augure pour l’année à venir. Ils n’ont donc pas passé l’étape de sélection du casting « Caleçon nouvelle année porte chance ». Bon, de là à danser le sirtaki en slip, faudra attendre. Quoi que…

De la visite pour Noël

Lorsqu’on part sur une longue période, on s’attend et on souhaite un peu à avoir de la visite, pour noël, mes parents ont relevé un challenge inattendu tant pour eux que pour moi, ils sont venus au Brésil passer les fêtes de fin d’année. J’avoue que j’ai été relativement surpris le jour où ils m’ont annoncé qu’ils feraient ce voyage.

Family

Ils ont donc affronté vaillamment les 10 000 kilomètres qui nous sépare et  le 24 décembre, nous les avons donc accueillis à l’aéroport de Curitiba afin de passer le réveillon en famille. Le contraste a été énorme, changement de température, noël au soleil avec des températures supérieures à 30°C, c’est une nouveauté pour eux. Le soir de noël fut international, français, canadien, brésiliens et japonais à la même table, vive la globalisation.

Le lendemain, en route pour Ilha do Mel, une petite île à 2 heures de Curitiba. C’est encore une fois un petit paradis terrestre, décidément ! Pas de véhicules, de belles plages un peu partout. Nous y avons réservé une petite maisonnette dans la Pousada das Meninas, un lieu très charmant dans une nature luxuriante. Ces 3 jours furent pour eux l’introduction d’un « périple » de 2 semaines pleines de danger, de mésaventures dans la jungle brésilienne et de rencontres des autochtones attirés par ces touristes bien frais… Je pense qu’ils sont désormais rodés pour l’Amazonie.

Santa Catarina

En quelques mois, j’ai eu le temps de me balader au Brésil, pour vous donner une idée, voici un plan des différents lieux où j’ai eu l’occasion de me rendre, 5 Etats, plus de 3000 kilomètres parcourus, ça m’a permis de me rendre compte à quel point les paysages sont variés au Brésil.
TibDernièrement nous nous sommes rendus dans le sud du Brésil, dans l’Etat de Santa Catarina, là bas c’est très loin des représentations communes du Brésil, c’est la campagne, campagne ! Un mélange de campagne bretonne avec des vaches noires et blanches, de petites montagnes comme dans le Jura et le côté un peu rocailleux des Pyrénées et un côté slovène pour les habitants, même si la plupart se nomment Gonçalves ou Da Silva, viennent à la base du Portugal et se reproduisent entre eux depuis déjà plusieurs générations en ne négligeant pas d’attraper une indigène de temps en temps pour apporter du sang neuf au village. Bien sûr, je déconne, la maman de Claudia vient de cette région, je vais pas commencer à foutre le bordel.
Pour résumer un beau petit coin, on y a fait de belles balades, la mer n’est pas loin, donc grosses baignades, à Jaguaruna, le paysage est très similaire à la dune du Pilat, des déserts de sable, des dunes qui tombent d’un côté sur l’océan et de l’autre sur un lac limpide d’eau douce, génial.DSC_96100001
Ce matin sur le chemin du retour on s’est arrêté dans des thermes pour tester le « bain » de boue. Le principe est simple, tu rentres dans une cabine, tu te mets à poil à la demande explicite presque impérative du monsieur poilu, j’ai obéis. Là le type vient te mettre de la boue marron sur tout le corps avant de t’emballer dans un sac plastique, j’ai l’impression d’être une vieille capote usagée oubliée au fonds d’une poubelle. T’attends 15 minutes. J’ai trouvé le temps très long, sans savoir pourquoi j’ai j’ai compté, 897, 898, 899, 900… Ah, j’ai le droit à un extra. Du coup j’ai un petit peu meumeumer. Le type est revenu, j’ai eu l’impression de prendre une douche avec lui, mais j’avais bien précisé au préalable que je n’étais pas venu seul (ma copine est là bonhomme), ensuite une petite serviette et en route pour une autre cabine ou m’attend un bain à 37° (il parait) pendant 20 minutes cette fois « cela vous permet de ressentir les sensations du ventre de la mère ». Moi j’ai compté à nouveau, le carrelage cette fois, 121 bleus, 84 blancs, je me suis rappelé mon dernier bain « putain 7 ans », le gars à du passer mais j’avais la tête sous l’eau, en train de compter cette fois-ci pour battre mon dernier record d’apnée. Résultat : 71 secondes, pfff, à chier… la dernière fois j’avais tenu 9 mois, bande de menteurs.
Les choses remarquables :
Nouvel an à Curitiba

DSC_8744Le soir de la nouvelle année, des milliers de feu d’artifices explosent de tous côtés, le ciel s’illumine de mille feux, ça commence vers 23h pour se terminer tard dans la nuit. Un nuage brumeux flotte ensuite dans le ciel de la ville, certains disent que ces festivités ont pour effet de produire dans les jours suivants de fortes pluies. Étonnamment  ça s’est vérifié à Curitiba et de manière plus dramatique à Rio de Janeiro.

La plongée scaphandre à Curitiba
Ça plonge à Curitiba, j’ai découvert cela avec grand étonnement. Au nord de la ville, à Almirante Tamandaré, à une dizaine de kilomètres au nord de Curitiba, se trouve un bassin dont l’eau a pour origine une source, la visibilité est plutôt intéressante même s’il n’y a rien d’exceptionnel à y voir. Avec une profondeur maximale de 3 mètres, cette grande piscine à ciel ouvert est un lieu parfait pour réaliser tous les aspects théoriques et pratiques de la plongée avant de s’immerger en mer dans des eaux plus profondes et plus peuplées. Pierre Passot, dont j’ai déjà parlé précédemment, c’est associé au club Curitibano Scubasul afin de réaliser de vraies plongées scaphandre à l’ancienne. Voici le reportage télévisé.
Pierre, toujours aussi créatif, a eu l’idée de faire par la même occasion une exposition photo sous-marine. Sacré Pierre.
Curi2
28
Ma belle vient d’avoir 28 ans.
Une nouvelle venue
Elle vient de France, de région parisienne, c’est « La P’tite Soeur » elle est blonde ou rousse, elle est jeune et bonne, c’est le nom de la bière de mon ami brasseur Letourneur, Derviche !

la ptite soeur ROUSSE

la ptite soeur blonde (2)Pour le moment, seuls les habitants de région parisienne peuvent la savourer même si petit privilégié que je suis, je devrais prochainement en recevoir ici au Brésil, nous verrons donc si « La P’tite Soeur » est une voyageuse dans l’âme.

J’ai déjà pensé à quelques slogans :
 » Dans une année, cette petite sera encore plus bonne ! La P’tite Soeur une bière de garde » ;
 » Elle est bonne ta P’tite Soeur ! Ouai et t’as pas encore vu la brune ! La P’tite Soeur une bière pleine d’arôme « …